/

lyrics

Comment qu’ ça s’ fait qu’ les taciturnes / Les fout-la-faim, les gas comm’ moi / Gn’en a pus d’un su’ l’ pavé d’ bois / Comment qu’ ça s’ fait / Ceuss qu’ ont du poil et d’ la fierté / Les inconnus…, que tout l’ mond’ frôle / Qui souffr’nt sans rouspéter / Et pass’nt en couchant les épaules ? / Comment qu’ ça s’ fait… Comment qu’ ça s’ fait / C’est-y que quand le ventre est vide / On n’ peut rien autr’ que s’ résigner / Comm’ le bétail au front stupide / Qui sent d’avanc’ qu’y s’ra saigné ? / Comment qu’ ça s’ fait… Comment qu’ ça s’ fait / Comment qu’ ça s’ fait qu’ la viande est lâche / Qu’on n’ tent’rait pas un coup d’ chien / Qu’ moins on peut… moins qu’on s’ maintient / Pus on s’ cramponne et pus qu’on tâche ?/ Comment qu’ ça s’ fait… Comment qu’ ça s’ fait / Comment qu’ ça s’ fait qu’on fait rien / Qu’on a cor’ la forc’ de poursuivre / Et qu’ malgré tout, ben, on s’ laiss’ vivre / À la j’ m’en-fous, à la p’têt’-bien ? / Comment qu’ça s’fait… Comment qu’ça s’fait…

Oh ! C’est qu’ chacun a sa chimère / Et qu’ pus il est bas l’ purotain / Pus qu’y marin’ dans les misères / Pus que son gniasse est incertain / Moins y sait où donner d’ l’aile / Comme en plein jour l’oiseau du soir / Pus qu’y se r’suc’ dans la cervelle / Deux grains d’ mensonge et un d’espoir ! / Espoir de quoi ? Ça dépend : Gn’en a qu’ espèr’nt en eun’ Justice / D’aut’s en la Gloir’ (ça, c’est un vice… / Leur faut dans l’ fign’ trois plum’s de paon !) / Gn’a pas, on est fatigué / On n’ donn’ pus dans la Politique / Ses pantins noirs et leur chiqué / On sait qu’ tout ça, c’est des « pratiques »…

On rigol’ d’eun’ Fraternité / Où mêm’ quand c’est l’ Milord qu’ étrenne / Et qu’ c’est son tour d’êt’ dans la peine / Ses frangins ( !) l’y laissent barboter / On s’ fout d’un Dieu qui, s’il existe / A sûr’ment dû nous oublier / Car d’pis l’ temps qu’on l’a supplié / L’aurait pu fair’ la Vie moins triste ! / On commenc’ par avoir son crible / Des loufoqu’ries de nos Aïeux / On vourait pas, si c’tait possible / On vourait pas trinquer pour eux… / Nous on est droits… nous on respire / (Ça n’est déjà pas si cocasse) / Porquoi qu’y faut payer la casse / Du preumier au s’cond Empire ? / On marche pus pour êt’ martyrs / Ou d’ la confitur’ d’insurgés / Comm’ ceuss dont les z’oss’ments doiv’nt dire : - Malheur ! Quand c’est qu’on s’ra vengés ?

Porquoi qu’on s’rait viande à mitrailles / Pour flingots à « persécussions » ? / De Fourmies* on r’monte à Versailles* / C’est toujours les mêm’s solutions / On croit s’ battr’ pour l’Humanité / C’est pour qu’ les Forts s’engraissent / C’est pour que l’ Commerce y r’naisse / Avec bien pus d’ sécurité / On se souvient des Communeux / Dont on questionnait la cervelle / En leur enfonçant les vitreux / À coups d’ sorlots et d’ point’s d’ombrelles / Et quand on r’tombe au temps présent / On n’ trouv’ pas ça pus amusant / Y font vomir les satisfaits / À qui pus rien ne fait d’effet / Nous, on veut pus se l’ laisser mettre / Vaut mieux s’ tourner les pouc’s en rond / Quand un larbin y parvient maître / L’est cor pus carn’ que son patron ! / De quoi ? S’ fair’ scier pour ces gas-là ? / Fair’ monter l’ tirag’ des gazettes ? / Y val’nt pas l’ coup / Qu’y z’y rest’nt aux wouater-clozettes ! / À part quéqu’s-uns qu’ ont d’ la bonté / Les aut’s sont trop sûrs d’eux-mêmes / Laissons les flemmards à leur flemme / Et les salauds dans leur sal’té ! / Qu’y z’y pionc’nt dans leur purin / Plein d’or, d’ laideurs et d’arrogance / Vrai, y manqu’nt trop d’élégance. / Y m’ dégoût’nt, mes Contemporains !

Donc, chacun il a sa chimère / (Mêm’ qu’il en est l’unique amant) / Bibi a la sienne égal’ment… / Suffit… j’ m’entends… c’est m’ n’ affaire ! / Voui, j’ suis un typ’, moi, j’en ai d’ bonnes / Quand les aut’s y sont dans leur lit / Bibi y trimballe eun’ Madone : Notre-Dame-des-Démolis ! / Et l’ pus crevant d’ l’aventure / Qui fait mon chagrin panaché / C’est lorsque j’ suis l’ pus fauché / Dans la nasse, dans l’ordure / Quand j’ vaudrais pas mêm’ eun’ claque / Donn’rais pas deux ronds d’ ma peau / Qu’ « le long, le long du ruisseau »* / J’ vourais m’ fondre et devenir flaque / Quand j’ me sens l’ pus loqu’taillon / Mâch’ mes cris comm’ des cartouches / Quand j’ suis l’ pus rauque et farouche / Qu’a m’apparaît comme un rayon ! / Quand j’ vas ruer dans les brancards / Tout par un coup v’là qu’a s’élève / La Cell’ qui dort au fond d’ mes rêves / Comme eun’ bonn’ Vierg’ dans un placard ! / Qui c’est ? J’ sais pas, mais alle est belle : A s’ lève en moi en Lun’ d’Été / Qui c’est ? J’ sais pas… / Alle est postée en sentinelle / Comme un flambeau, comme eun’ clarté ! / A m’ guette, alle écout’ si j’ l’appelle / Du fond du soir et du malheur / Mêm’ qu’alle a les tétons en fleur / Et tout l’Amour dans les prunelles ! / Qui c’est ? J’ sais pas… p’têt’ la Beauté / (À moins qu’ ça n’ soye la Charité) / Qui c’est ? J’ sais pas… / En tout cas c’est moi qu’alle attend / Et v’là déjà pas mal de temps !

Mais à forc’ d’errer et d’ muser / Su’ des kilomèt’s de bitume / Quéqu’ soir d’horreur et d’amertume / J’ me cogn’rai p’têt’ dans son baiser ! / Ma foi, si gn’a pas moyen / C’est pas ça qu’ empêch’ra que j’ l’aime ! / Allons, r’marchons, suivons not’ flemme / Rêvons toujours, ça coûte rien !

credits

from Les Soliloques du Pauvre, released March 30, 2017
Texte original: Jehan-Rictus
Adaptation: Vîrus
Composition musicale: Banane

tags

license

all rights reserved

about

VÎRUS Normandy, France

contact / help

Contact VÎRUS

Streaming and
Download help